Foire aux questions

La Ville d'Anvers souhaite être aussi claire et transparente que possible à propos de la recherche et des plans du monument commémoratif. Dans cette rubrique FAQ, vous retrouverez les questions fréquemment posées sur le projet, bien classées par phase.

PHASE 1: QUESTIONS-RÉPONSES SUR LA PHASE DE RECHERCHE

Pourquoi la Ville d'Anvers recherche-t-elle les noms des victimes de la Seconde Guerre mondiale ?

La Ville d'Anvers souhaite entretenir le souvenir de la Seconde Guerre mondiale et l'ancrer durablement dans la société. Sur les quais de l'Escaut, près du quartier des docks, sera érigé à partir de 2024 un nouveau monument commémoratif dédié à toutes les victimes anversoises de la Seconde Guerre mondiale. Sur ce monument figureront les noms des victimes de guerre anversoises, estimées à 25 000 environ. Les visiteurs ressentiront ainsi d'un coup d'œil la souffrance énorme que la guerre a infligée à notre ville. La Ville d'Anvers mène dès lors des recherches historiques poussées dans le but de recueillir et de vérifier tous ces noms.

en savoir plus

Le projet des noms d'Anvers informe sur la recherche des noms en cours et est également le précurseur (numérique) du monument commémoratif. Il présente une liste provisoire reprenant les noms des victimes qui ont déjà été identifiées par la FelixArchief, les archives de la Ville d'Anvers. Une fonction de recherche vous permet de suivre l'avancée de la recherche des noms. Il est non seulement possible de rechercher des noms, mais aussi de fournir des informations complémentaires sur les victimes, de corriger l'écriture d'un nom ou de suggérer des noms qui ne s'y trouvent pas encore.

Par qui la recherche est-elle conduite ??

Les recherches historiques des noms des victimes anversoises de la Seconde Guerre mondiale sont menées par la FelixArchief, les archives de la Ville d'Anvers. Pour ce faire, elle a recours à toute une série de sources provenant de diverses archives et poursuivra ses recherches jusqu'à fin 2023.

Quelles victimes sont reprises dans la liste des noms ?

Le projet des noms d'Anvers répertorie les noms des victimes de guerre qui vivaient à Anvers et/ou y sont mortes. Il s'agit de quatre grandes catégories : victimes de l'Holocauste, victimes civiles du régime nazi, victimes civiles de la violence militaire et victimes militaires.

en savoir plus

La Ville d'Anvers différencie quatre catégories de victimes :  
• victimes de l'Holocauste (victimes juives) ;  
• victimes civiles du régime nazi : réfractaires, travailleurs obligatoires, résistants et prisonniers politiques ;
• victimes civiles de la violence militaire : victimes des bombardements, bombes V et autres confrontations militaires qui ont eu lieu dans la région d'Anvers ;
• victimes militaires : forces armées belges et étrangères (soldats alliés et prisonniers de guerre anversois).

Toutes ces personnes décédées ont un lien avec Anvers : elles vivaient et/ou sont mortes à Anvers ou dans sa banlieue (les districts actuels). Leur mort était la conséquence d'actes ou de faits de guerre. Il s'agit :
• des personnes qui sont mortes entre le début officiel et la fin officielle de la Seconde Guerre mondiale en Belgique (10 mai 1940 et 8 mai 1945) ;
• des victimes qui ont survécu aux camps, mais qui ont perdu la vie dans les semaines et mois qui ont suivi, pendant ou après leur rapatriement (jusqu'au 31 décembre 1945 inclus).

Le projet des noms se concentre sur les victimes qui sont mortes. Uniquement les noms de ces dernières figureront sur le nouveau monument commémoratif, même si le monument est également dédié à d'autres victimes : celles qui ont survécu à la guerre mais qui en ont porté la souffrance le restant de leur vie. Il commémore aussi les victimes dont nous ne retrouverons jamais le nom.

Sur quelles sources la Ville d'Anvers se base-t-elle pour établir la liste des noms ?

Elle consulte une multitude de sources. Certaines séries de sources apportent des informations spécifiques pour une catégorie de victimes donnée. Pour les victimes juives par exemple, la recherche s'appuie sur le registre des Juifs de Belgique, les listes de transport de la caserne Dossin et ce qu'on appelle le fichier de Drancy. Les informations concernant les victimes du régime nazi proviennent en majeure partie des archives des principaux groupes de résistance (notamment la Brigade blanche et le Mouvement National Royaliste), le Service des Victimes de la Guerre et le Service de la Résistance (Défense). D'autres sources sont de nature plus générales et dépassent ces différentes catégories. Il s'agit notamment des archives des cimetières, des services Population et État civil, de déclarations judiciaires de décès et de nombreux autres documents officiels.

Puis-je chercher si une victime figure déjà sur la liste des noms ?

Vous pouvez chercher si une victime est reprise dans la liste des noms grâce à la fonction de recherche sur ce site web . Notez bien que nous sommes en pleine phase de recherche, ce qui signifie donc que tous les noms n'ont pas encore été répertoriés. Il est dès lors possible que le nom de la victime que vous recherchez n'y soit pas encore repris. Si tel est le cas, vous pouvez en informer la FelixArchief, les archives de la Ville d'Anvers, ici.

en savoir plus

À partir de septembre 2021, la fonction de recherche du projet des noms d'Anvers permettra de rechercher parmi les noms qui auront déjà été répertoriés. Les principales données de base de chaque victime y seront publiées, à savoir prénom, nom, lieu et date de naissance. La Ville d'Anvers informe ainsi le grand public sur l'avancée des recherches.

Pourquoi ne pouvoir chercher que par nom, prénom et date de naissance ?

Tant que la recherche des noms est en cours, la Ville d'Anvers ne publie qu'un certain nombre de données de base sur chaque victime, à savoir le prénom, le nom et les lieu et date de naissance. Ces informations sont nécessaires pour pouvoir identifier une victime et constituent dès lors la base de la fonction de recherche. Il n'est toutefois pas (encore) possible de rechercher par lieu de naissance.

J'ai des informations relatives à une victime, comment puis-je les partager ?

Tout un chacun peut transmettre des corrections, des compléments et de nouvelles suggestions à la FelixArchief, les archives de la Ville d'Anvers, par le biais d'une demande à effectuer sur ce site web.

en savoir plus

La recherche des noms menée par la FelixArchief se déroule jusqu'à l'automne 2023. Il est donc possible de transmettre des informations complémentaires par le biais du projet des noms d'Anvers jusqu'à cette période. Ensuite, la liste des noms sera intégrée au monument commémoratif. Mais même après la réalisation de ce dernier, il sera encore possible d'y ajouter des noms. Comment cela aura-t-il lieu en pratique, nous ne le savons pas encore précisément, car cela fait partie de la mission de l'équipe de design qui sera sélectionnée.

Les informations concernant une victime de la liste sont incorrectes ou incomplètes. Puis-je proposer une correction ?

Tout un chacun peut transmettre des corrections, des compléments et de nouvelles suggestions à la FelixArchief, les archives de la Ville d'Anvers, qui en serait même ravie. Nous veillons ainsi à ce que les bonnes informations soient inscrites sur le nouveau monument commémoratif. Si vous avez des corrections ou des informations complémentaires à soumettre, vous pouvez le faire via ce lien.

Je possède de la documentation à propos d'une victime reprise sur la liste (actes, photos...). Cela peut-il contribuer à la recherche ? Puis-je les fournir à la Ville d'Anvers ?

Tout document complémentaire à propos d'une victime peut contribuer à la recherche. Vous pouvez également envoyer des photos, actes et autre matériel d'archives (scannés) à la FelixArchief, les archives de la Ville d'Anvers, via ce lien.

PHASE 2: QUESTIONS-RÉPONSES SUR LE MONUMENT COMMÉMORATIF

Qui commémorons-nous ?

Le mémorial commémore toutes les victimes de la Seconde Guerre mondiale qui vivaient et/ou sont mortes à Anvers.

en savoir plus

Anvers a payé un lourd tribut à la Seconde Guerre mondiale : aucune autre ville ou commune belge n'a alors recensé plus de morts. Cela est principalement dû à la persécution et à la déportation des Juifs anversois. À Anvers, nombre de civils ont également trouvé la mort dans les bombardements, notamment sous les bombes V lâchées sur la ville et sur le port entre octobre 1944 et mars 1945. Enfin, le très meurtrier régime nazi a lui aussi fait des victimes parmi les prisonniers politiques, les résistants, les travailleurs obligatoires et les militaires.

Le nouveau monument commémoratif affichera les noms de toutes les victimes décédées à cause de cette guerre. Les visiteurs verront ainsi tout de suite clairement la diversité et la multitude des victimes anversoises. Le projet des noms d'Anvers permet de d'ores et déjà parcourir la liste (non complète) des noms.

Il nous incite en outre à réfléchir aux autres victimes dont nous ne pourrons jamais retrouver le nom, ainsi qu'à celles qui ont survécu à la guerre et que cette dernière a, pour beaucoup d'entre elles, marquées à vie. Même si le mémorial ne mentionne pas explicitement leurs noms, c'est un lieu où elles sont également commémorées.

Pourquoi la Ville érige-t-elle un nouveau monument commémoratif ?

La Ville d'Anvers entend moderniser la commémoration de la Seconde Guerre mondiale. Le mémorial est un lieu commémoratif où les habitants comme les visiteurs peuvent réfléchir à la souffrance causée par la Seconde Guerre mondiale. L'endroit est un espace propice à la commémoration, à la réflexion et à diverses activités éducatives. Il entretient la mémoire d'une bouleversante période et transmet la tradition du souvenir aux générations suivantes.

en savoir plus

En 2019, la Ville avait organisé une grande commémoration du 75e anniversaire de la libération d'Anvers. Partant de l'idée fondamentale « Toujours libre. Jamais évident », la Ville d'Anvers organise depuis lors de nombreuses initiatives avec l'aide de partenaires : expositions, commémorations, conférences, newsletters, témoignages, informations aisément accessibles, collectes d'objets et de récits de guerre, parcours éducatifs et supports pédagogiques. À tout cela s'ajoutent désormais le projet des noms et le monument commémoratif.

Le nouveau monument commémoratif a pour but de bâtir un pont entre le passé, le présent et l'avenir : l'histoire de la guerre à Anvers, la perception qu'on en a actuellement et l'entretien de la mémoire pour les générations suivantes. Il offre à tous l'opportunité de réfléchir à la complexité de ces années de guerre. La souffrance des plusieurs milliers de victimes de guerre anversoises y occupe plus que jamais une place centrale.

Grâce à la réalisation d'un nouveau monument commémoratif, la Ville d'Anvers entend souligner l'importance de valeurs telles que la liberté, l'égalité et la démocratie. C'est également un message contre l'indifférence, le racisme et la déshumanisation. La sensibilisation à l'histoire peut inciter les citoyens à en porter ensemble la responsabilité et à lutter activement contre les comportements irrespectueux.

Quels noms seront mentionnés sur le monument ?

Le monument mentionne les noms de victimes de guerre qui vivaient à Anvers et/ou y sont mortes. Il s'agit de quatre grandes catégories : victimes de l'Holocauste, victimes civiles du régime nazi, victimes civiles de la violence militaire et victimes militaires.

en savoir plus

La Ville d'Anvers différencie quatre catégories de victimes. Tous les noms figureront sur le monument, classés par catégorie :
• victimes de l'Holocauste (victimes juives) ;  
• victimes civiles du régime nazi : réfractaires, travailleurs obligatoires, résistants et prisonniers politiques ;
• victimes civiles de la violence militaire : victimes des bombardements, bombes V et autres confrontations militaires qui ont eu lieu dans la région d'Anvers ;
• victimes militaires : forces armées belges et étrangères (soldats alliés et prisonniers de guerre anversois).

Toutes ces personnes décédées ont un lien avec Anvers : elles vivaient et/ou sont mortes à Anvers ou dans sa banlieue (les districts actuels). Leur mort était la conséquence d'actes ou de faits de guerre. Il s'agit :
• des personnes qui sont mortes entre le début officiel et la fin officielle de la Seconde Guerre mondiale en Belgique (10 mai 1940 et 8 mai 1945) ;
• des victimes qui ont survécu aux camps, mais qui ont perdu la vie dans les semaines et mois qui ont suivi, pendant ou après leur rapatriement (jusqu'au 31 décembre 1945 inclus).

La FelixArchief, les archives de la Ville d'Anvers, répertorie ces noms. La recherche historique sera menée jusqu'à fin 2023, mais ne sera jamais vraiment terminée : il sera dès lors encore possible d'effectuer des modifications, même après l'érection du monument commémoratif.

Le monument commémoratif ne reprendra que les noms des victimes décédées, mais a toutefois aussi pour objectif d'attirer l'attention sur les nombreuses autres victimes : celles qui ont survécu à la guerre mais qui en ont porté la souffrance le restant de leur vie. Il commémore aussi les victimes dont nous ne retrouverons jamais le nom.

Combien de noms seront repris sur le monument ?

Le nombre de victimes de guerre anversoises est pour le moment estimé à 25 000 environ. La recherche des noms étant toujours en cours, le nombre précis ne sera connu qu'ultérieurement. Le compteur du projet des noms d'Anvers vous permet toutefois de consulter à tout moment le nombre de noms déjà confirmés.

en savoir plus

Le nombre de noms de victimes qui figureront sur le monument n'est que très provisoire. Nous connaissons néanmoins déjà les chiffres indicatifs suivants :

• Près de 3 victimes décédées sur 5, soit 15 000 environ, sont juives.
• La recherche a pour l'instant identifié quelque 1 440 noms de victimes civiles du régime nazi. Il s'agit de réfractaires, de travailleurs obligatoires, de résistants et de prisonniers politiques.
• On suppose qu'un peu plus de 4 500 citoyens sont morts à cause de la brutalité de la guerre militaire, notamment des bombardements d'armes V et autres confrontations militaires ayant eu lieu dans la ville.
• Dans le camp militaire, quelque 600 soldats belges au moins ont perdu la vie à Anvers. Là aussi, il s'agit d'un nombre très provisoire puisque les chiffres des troupes étrangères alliées n'ont pas encore été pris en compte.

La recherche des noms des victimes ne s'arrêtera pas à la réalisation du monument commémoratif : de nouvelles données viendront compléter et corriger les listes et informations existantes, et ce, même après la pose de la première pierre en 2024.

Où le monument commémoratif sera-t-il érigé ?

Le nouveau monument commémoratif se dressera près du bâtiment de pilotage, sur le quai Tavernier à Anvers. L'endroit se situe sur les quais de l'Escaut, près du quartier des docks

en savoir plus

Le lieu pour ce monument commémoratif n'a pas été choisi au hasard : le site du bâtiment de pilotage offre une grande visibilité et relie le port au centre-ville, deux zones qui étaient très importantes lors de la Seconde Guerre mondiale. Cet endroit se situe en outre tout près du Musée Red Star Line, de la FelixArchief, les archives de la Ville d'Anvers, et du MAS, trois institutions qui constituent une partie de la « mémoire » de la ville. En 2023, le MAS hébergera une exposition dédiée à la Seconde Guerre mondiale à Anvers. Cette exposition mettra à l'honneur les expériences personnelles de tous les Anversois durant cette période difficile.

Le site du bâtiment de pilotage est développé en tant que sous-projet du plan directeur « Réaménagement des quais de l'Escaut ». La conception et la construction du monument commémoratif sont intégrées à ce développement. Découvrez-en plus ici.

À quoi le monument commémoratif ressemblera-t-il ?

Suite à un concours international de design, une équipe de design a été choisie en janvier 2022 pour assurer le développement urbain du site du bâtiment de pilotage, sur les quais de l'Escaut. Il s'agit d'une équipe multidisciplinaire dirigée par le cabinet Bas Smets. Cette équipe est chargée du réaménagement du domaine public, notamment l'intégration du monument commémoratif présentant le nom des victimes anversoises de la Seconde Guerre mondiale.

Le site se trouvant entre le plateau royal et l'écluse Bonaparte est caractérisé par plusieurs cours d'eau (Brouwersvliet, Sint-Pietersvliet et Koolvliet) qui traversaient autrefois le domaine. Les anciens ports du centre-ville sont encore reconnaissables dans le tracé actuel des rues. Le design du monument des noms s'inspire de ces murs de berge. Les esquisses ci-dessous donnent une idée de ce à quoi ressemblera le monument.

copyright: Bureau Bas Smets

copyright: Bureau Bas Smets

copyright: Bureau Bas Smets

en savoir plus

Le monument se composera de six murs commémoratifs délimitant trois intimes jardins du souvenir. S'en trouveront ainsi créés sur le quai divers endroits calmes et petits espaces de rencontre où les différentes communautés et générations pourront se réunir pour commémorer les victimes de guerre.

Le nom de chaque victime de guerre sera gravé sur une pierre naturelle distincte. La manière dont les noms seront positionnés dans les murs de berge incitera les visiteurs à se promener dans les jardins du souvenir. Au total, les murs commémoratifs s'étendront sur 336 mètres et comprendront plus de 25 000 pierres du souvenir. Le grand nombre de pierres individuelles, et donc de victimes, sera impressionnant et contribuera à mieux comprendre le drame que fut la Seconde Guerre mondiale.

Les différentes pierres seront regroupées le long des murs de berge par catégorie de victimes, l'objectif étant d'utiliser un matériau similaire selon le nombre de décennies vécues par les victimes. Il sera ainsi possible de savoir combien de personnes de chaque âge ont été victimes et de créer dès lors un lien entre les différentes catégories de victimes.

Quelle utilisation fera-t-on du mémorial à l'avenir ?

Le mémorial est un lieu permettant à la fois de commémorer et de se réunir, il est donc ouvert et accessible à tous.

en savoir plus

Le mémorial est ouvert à tous. Il se veut avant tout être un lieu pour les personnes qui se sentent étroitement liées aux victimes. Chacun y trouve un endroit pour commémorer et honorer ces victimes.

Ce lieu a pour objectif de faire réfléchir les visiteurs quant à la souffrance subie par les habitants d'Anvers, mais aussi au passé complexe de la ville.

Le monument commémoratif donne une place au souvenir de la violence et des traumatismes du passé, sous forme d'éducation au souvenir, de visites scolaires et de références à l'exposition hébergée non loin dans le MAS. Son érection le long de l'Escaut fait du monument commémoratif un lieu de calme et de recueillement.

Est-ce le seul monument en commémoration de la Seconde Guerre mondiale à Anvers ?

Non, il existe déjà nombre de monuments historiques et de plaques commémoratives à Anvers, qui ont une grande valeur historique et émotionnelle. Ceux-ci continueront donc d'exister, aux côtés du nouveau mémorial.

en savoir plus

Certains monuments aux morts existants sont grands et imposants, d'autres sont plus petits et intimes. Ils sont souvent dédiés à des catégories de victimes bien spécifiques. Certains monuments commémorent même les deux guerres mondiales. Ces monuments et plaques commémoratives jouent souvent un rôle important pour les communautés (locales) et continueront donc certainement d'exister.

Le nouveau monument commémoratif a cela d'unique qu'il reprend pour la première fois les noms de toutes les victimes anversoises de la Seconde Guerre mondiale.

Quelles sont les étapes suivantes ?

Si tout se déroule comme il se doit, le réaménagement du site du bâtiment de pilotage commencera début 2024, période à laquelle est également prévue la pose de la première pierre du monument des noms. D'ici là, la FelixArchief poursuivra la recherche approfondie des noms. Vous pouvez suivre les résultats du projet des noms d'Anvers sur ce site web.

en savoir plus

Le projet des noms d'Anvers est le précurseur (numérique) du monument commémoratif. Il présente une liste provisoire avec les noms des victimes qui ont déjà été identifiées par la FelixArchief. Une fonction de recherche permet aux proches et autres personnes intéressées de suivre l'avancée de la recherche des noms. Il est non seulement possible de rechercher des noms, mais aussi de fournir des informations complémentaires sur les victimes, de corriger l'écriture d'un nom ou de suggérer des noms qui ne s'y trouvent pas encore.

La recherche des noms se déroule jusqu'à fin 2023, date à laquelle la liste des noms sera plus ou moins définitive (il y aura toutefois toujours la possibilité d'y faire des corrections ou des ajouts) et où l'intégration des noms au monument commémoratif physique pourra alors démarrer. Un monument numérique sera en outre développé pour permettre aux gens de commémorer (individuellement) les victimes en ligne.

Construire un nouveau monument

La ville d'Anvers construit un nouveau mémorial à la mémoire des victimes de la Seconde Guerre mondiale à Anvers. La pose de la première pierre est prévue pour le début de l'année 2024. 

en savoir plus >

Recherche dans la liste provisoire des noms des victimes

Pendant la phase de recherche du projet "Noms", vous pouvez consulter la liste provisoire des décès ici. Pour trouver une victime, vous pouvez saisir le nom, le prénom ou l'année de naissance.

Recherche dans la liste >